Le gouvernement haïtien décide de renforcer le système statistique

Publié le dans Joseph Guyler C. Delva (author)

de gauche à droite: Secrétaire d'Etat Michel Présumé, le DG du ministère du Plan, Giovanni Dorélien, un représentant de L'UE, Mario Caivano, et Shirley Augustin, Coordonnatrice de L'ONPES (photo: )
de gauche à droite: Secrétaire d'Etat Michel Présumé, le DG du ministère du Plan, Giovanni Dorélien, un représentant de L'UE, Mario Caivano, et Shirley Augustin, Coordonnatrice de L'ONPES

PORT-AU-PRINCE, Haiti (HCNN) -- Le gouvernement haïtien a décidé d'intensifier les efforts visant à renforcer le système statistique du pays, dont les carences empêchent souvent les décideurs tant au niveau publique que privé de disposer de données statistiques fiables,  nécessaires dans la mise en place des politiques publiques  et dans les prises de décisions.

La question de la disponibilité des statistiques et celle relative à leur importance dans la mise en place des politiques publiques, ont été à l'ordre du jour d'un important atelier de réflexion, organisé par le Ministère de la Planification, à travers l'Observatoire National de la Pauvreté et de l'Exclusion Sociale (ONPES), dirigée par  Mme Shirley Augustin..

Le Secrétaire d'Etat à la Planification, Michel Présumé -- qui a remplacé dans ces assises le Premier ministre Laurent Lamothe, empêché -- a mis l'accent sur la nécessité de systématiser les données statistiques dans les différents domaines pour permettre aux acteurs de faire des choix plus judicieux.

"Les données statistiques constituent un outil extrêmement important dans la mise en place des politiques publiques et dans le processus décisionnel," a déclaré Présumé à la Haitian-Caribbean News Network (HCNN)  jeudi.

"Le Premier ministre Lamothe, également ministre de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE), empêché à la dernière minute, n'a pas pu être ici avec nous. Cependant, il a décidé de faire des statistiques un élément fondamental dans les prises de décisions," a rapporté Présumé.

Il est évident que les autorités haïtiennes d'aujourd'hui font preuve d'une prise de conscience accrue quant à la nécessité de mettre en place un véritable système national de statistiques, capable de fournir des données fiables pour orienter les prises de décisions.

 La mise en place du Programme Statistique Minimum (PSM), coordonné par l'ONPES en tant que maitre d'œuvre du MPCE et financé par l'Union Européenne (UE), a déjà permis d'atteindre des résultats encourageants au niveau des ministères de la Justice et de la Sécurité publique, de la Santé publique, de l'Education nationale. Et grâce au PSM, l'Institut Haïtien de Statistiques et d'informatique (IHSI) a pu lancer la Stratégie Nationale de Développement Statistique (SNDS).

 "Nous sommes très sensibles à la question des statistiques, et il y a l'ONPES  qui mène le Programme de Statistique Minimum (PSM), en accord avec l'IHSI et d'autres institutions de l'Etat, pour que nous puissions savoir à quel point on en est et ce qu'on doit faire pour que les statiques deviennent davantage un élément incontournable dans notre processus de planification du développement,"  a déclaré Présumé.

Cet atelier de l'ONPES a donné lieu à un débat très intéressant sur  la fiabilité des statistiques, la nécessité de faire une meilleure utilisation des données disponibles.  

L'Ordonnateur national, Jean Edner Nelson, un représentant de l'UE, Mario Caivano, et le directeur général du ministère de la Planification, Giovanni Dorélien, ont assisté à cet atelier de l'ONPES. Le Coordonnateur adjoint de l'ONPES, Pierre Jorès Mérat, a joué le role de maître de cérémonie.

 Le programme d'assistance sociale, EDE PEP, mis en œuvre par l'administration du président Michel Martelly et du gouvernement Lamothe, a déjà atteint plusieurs millions de personnes.

 

 



 

 

 

Response(s) to “Le gouvernement haïtien décide de renforcer le système statistique”